X


X

1. x [ iks ] n. m. inv.
1Vingt-quatrième lettre et dix-neuvième consonne de l'alphabet : x majuscule (X), x minuscule (x). Prononc. Lettre qui, prononcée, note les groupes de consonnes [ ks ] (extrême, lynx) ou [ gz ] , en particulier dans les mots commençant par ex- suivi d'une voyelle (exagéré, exemple, exiger, exhibition), ou à l'initiale (xénon), ou [ z ] (deuxième, dixième) ainsi qu'en liaison (deux amis [ døzami ] ), ou encore [ s ] (Bruxelles, soixante).REM. X sert à former le pluriel des mots en -eau, -eu et de certains noms en -ou (pou, chou, hibou, genou, caillou, bijou, joujou).
2Par compar. (Forme de X majuscule). Les deux routes font un X, sont croisées comme les barres d'un X. — Par ext. Petit tabouret à pieds croisés.
(marque déposée) Crochets X : crochets qu'on peut fixer solidement par des clous.
x 2. x abrév. et symboles
1xou X [ iks ] n. m. inv. (XVIIe) En algèbre, Symbole littéral désignant une inconnue. Les x et les y. En géométrie, La première des coordonnées cartésiennes. L'axe des x, celui des abscisses.
N. (1686) Cour. Personne, chose inconnue. Information, plainte contre X. Madame X, une femme dont on ne veut pas dévoiler l'identité (cf. Un tel). Accoucher sous X, en gardant l'anonymat, en abandonnant l'enfant.
Adj. Rayons X (ainsi nommés parce qu'on ne pouvait les identifier). Pendant x temps, x années : pendant un temps, un nombre d'années indéterminés. Je te l'ai répété x fois ( ixième) . Chromosome X. Formule femelle XX, formule mâle XY d'un être vivant.
2 N. (1840) Vx Les x : les mathématiques.
(1850) Mod. L'X [ liks ] :l'École polytechnique. ⇒ pipo. Un X, une X : un polytechnicien, une polytechnicienne.
3 Adj. (1975; du trait de stylo qui biffe et annule) X [ iks ]. Un film classé X, et ellipt un film X, pornographique ( ixer) .
4X [ dis ] adj. et n. m. inv. Dix, en chiffres romains. Charles X.
5X [ iks ] n. f. (abrév. angl. [ ɛks ] , de XTC mot-rébus pour ecstasy) Anglic. Ecstasy. « fabriquer des pilules d'X » (Le Monde, 1996).

X nom Argot. Élève ou ancien élève de l'École polytechnique. ● X nom féminin École polytechnique. ● X X vaut dix dans la numération romaine. ● X (expressions) Chromosome X, chromosome sexuel commun aux deux sexes lorsque c'est le mâle qui est hétérogamétique. (Dans ce cas, qui est celui de l'espèce humaine, des mammifères, de certains insectes, la formule femelle est XX, la formule mâle XY.) Rayons, rayonnement X, rayonnement électromagnétique correspondant à des longueurs d'onde de l'ordre de l'angström.

x
n. m.
d1./d Vingt-quatrième lettre (x, X) et dix-neuvième consonne de l'alphabet, notant la fricative alvéolaire sourde (ex. dix), la sonore correspondante (ex. deuxième) et les groupes consonantiques (ex. axe) et (ex. exercice), ne se prononçant pas comme marque du Plur. (ex. genoux).
d2./d X: chiffre romain qui vaut 10.
d3./d Objet formé de deux éléments croisés (tabouret, etc.).
BIOL Chromosome X: V. encycl. chromosome.
d4./d MATH Symbole utilisé pour désigner une inconnue.
GEOM Axe des X (ou x): axe des abscisses.
|| PHYS Rayons X: V. encycl. rayonnement.
|| Cour. Sert à remplacer le nom d'une personne ou une indication que l'on ne peut ou que l'on ne veut pas mentionner. Madame X. Dans x années.
|| Fam. L'X: l'école polytechnique.

⇒X, x, lettre
La vingt-quatrième lettre de l'alphabet; un exemplaire de cette lettre.
A. — [La lettre en tant que telle]
1. [X désigne x, en prenant en considération sa valeur phon. [ks], [gz]]
— [Complexité de l'articulation] Il faudrait partager en deux la consonne x, qui vaut à elle seule deux articulations successives (DESTUTT DE TR., Idéol. 2, 1803, p. 363).
— [Évaluation quant à sa difficulté articulatoire, affective ou esthétique] J'ai bien deux cents mots qui jamais ne me portent hors de l'île où ils sont nés, même ceux qui signifient nostalgie ou attente. Langage fluide, car toujours paresseuse, je me suis épargné jusqu'à la peine d'y loger des x et des nasales. Pas de ces h aspirés non plus que j'ai toujours détestés (GIRAUDOUX, Suzanne, 1921, p. 179).
2. [X désigne x, sans considération de sa valeur phon.]
a) [Fonctions secondaires de x]
— [X, marque du plur.] Nous n'échapperons pas à l'inévitable petit morceau de style sur les étrennes, coutume vénérable, joie des enfants, attendrissement des parents, bonbons, joujoux (avec un x au pluriel, comme bijou, caillou, chou, genou, hibou et pou) (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 92).
— [X, symb. mathématique] Quoique l'algèbre emploie des caractères alphabétiques, ils ne sont pas là comme lettres, mais comme signes. a ne représente pas le son a, mais l'idée d'une quantité connue dont on ne spécifie pas la valeur; x ne représente pas le son x, mais l'idée d'une quantité inconnue (DESTUTT DE TR., Idéol. 1, 1801, p. 336).
b) [La lettre, quant à sa forme physique]
— [X, motif décoratif] Elle avait une robe de barège mauve, de petits souliers-cothurnes mordorés dont les rubans traçaient des X sur son fin bas blanc à jour (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 161).
— [Métaph. de la forme] Routes sans destinée, croisant l'x de mes pas hésitants (ÉLUARD, Capitale douleur, 1926, p. 118).
En forme d'x, en x. Des sillons profonds, en forme de x italique, les séparent [les papilles] les unes des autres (CUVIER, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 694). Sous la chaux on voyait se tordre en X des pièces de bois, dates certaines d'une construction ancienne (CHAMPFL., Souffr. profess. Delteil, 1853, p. 66).
Spéc., x, ou ixe, subst. masc. ,,Chez les tapissiers, petit tabouret dont les pieds croisés offrent la figure de cette lettre`` (LITTRÉ). Sur les chaises et les X, on voit le sorbier des oiseaux (Journ. des dames et des modes, 10 sept. 1821, p. 396 ds QUEM. DDL t. 30). Chevalet. Un pied sur l'X de hêtre, le dos bombé dans l'attitude du tâcheron exercé (...), ma mère (...) sciait des bûches dans sa cour (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 213).
B. — [La lettre désigne un référent autre qu'elle-même, p. attrib. arbitraire, ou en tant qu'abrév. d'un signe lex.]
1. [Avec un référent lex.] X.M.P. Xanthosine-monophosphate. (Ds J.-P. POINSOTTE, Dict. des sigles méd., 1981).
2. [Sans référent lex.]
a) MATH. x, variable algébrique. L'intégrale (...) prise depuis x nul jusqu'à x=n, sera l'accroissement de z (LAPLACE, Théor. analyt. probabil., 1812, p. 301). [La grande révolution] qu'il veut tenter contre le calcul différentiel, contre l'x: « La mathématique meurt de l'x ! » (GONCOURT, Journal, 1859, p. 634).
En partic., X. École polytechnique ou élève, ancien élève polytechnicien. Dans les milieux de Centrale et de l'X (NIZAN, Conspir., 1938, p. 67). Séance confuse au groupe des X collectivistes (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 260).
) x, adj. numéral
— Un nombre indifférent ou à préciser. Pendant x temps. Elle touche (s'il y a lieu) x % par exemplaire vendu (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1912, p. 431).
— Un nombre élevé. J'ai peut-être eu tort il y a x ans de n'avoir pas fait sur Poe un article quelconque (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1901, p. 383). Je ne coucherai pas avec elle avant x jours (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 179). En partic. En présence d'un non dénombrable. Depuis x temps. Je m'écroule sur un marchepied de voiture où je reste x temps (FALLET, Carnets de jeunesse inédits, Paris, Denoël, 1990 [1947], p. 268).
) [Le plus souvent en appos. ou à valeur d'adj.] x, entité ou propriété (non numérique) indéterminée. Une certaine qualité x. Cette qualité on la laisse dans l'indétermination (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 293). L'unité de la chose au delà de toutes ses propriétés figées n'est pas un substrat, un x vide, un sujet d'inhérence (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 368).
Rayons X. V. rayon1.
P. méton. Il logeait à même la mouscaille, juste au-dessus des Rayons X (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 32).
P. anal. Qui a le caractère pénétrant de ces rayons. À la vue d'une marchande des quatre-saisons, d'une concierge, devinant avec ses regards X ce que cette forme vulgaire avait accompli dans la vie en générosités, en sauvetage ou en suicide, et le lui faisant avouer par des brusqueries et des menaces, comme à celui qui vous a avalé un louis (GIRAUDOUX, Siegfried et Lim., 1922, p. 58).
) Au fig. Quelque chose qui n'est pas connu ou qui n'est pas connaissable. Deux entités essentiellement inconnues: soi et x. Toutes deux abstraites de tout, impliquées dans tout, impliquant tout (VALÉRY, Variété [I], 1924, p. 208). Notre presque-rien, notre x anonyme y garderait encore sa petite place réservée pour le jour où il se déciderait à sortir de l'incognito (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 46).
) [Désigne une pers. indéterm.; syntaxe du nom propre] Toute vérification implique l'idée d'un tiers (X : il est de l'essence du tiers d'être n'importe qui) (MARCEL, Journal, 1922, p. 274).
P. iron. Plusieurs me rendent responsable de tout ce qui s'y publie et de tout ce qui s'y refuse. Je maintiens Alain et ses Propos mensuels; j'ai imposé X., Y. et Z. (LARBAUD, Journal, 1931, p. 251).
) [Dissimule une identité connue] Songez-y, jurer de l'avenir de sa pensée!... J'ai été désolé que notre pauvre ami X se soit lié (RENAN, Souv. enf., 1883, p. 404). J'irai me confesser à l'abbé X..., comme d'habitude (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1165).
En partic.
DR. M. Joseph Reinach est X dans cette affaire (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p. 423).
Sous x. Accoucher, naître sous X. Et puis elles disparaissent sans laisser d'adresse ni de nom. Elles ont accouché sous X (Marie-Claire, juin 1984, p. 33, col. 1).
b) BIOL. [P. attrib. arbitraire] Chromosome X. Le chromosome femelle. Les éléments qui portent le gros chromosome (chromosome X) produisent les femelles; ceux qui portent le petit chromosome (chromosome Y) produisent les mâles (J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p. 31).
c) Adj., CIN. [Calque de l'amér. X rated, où x désigne la croix qu'on trace pour barrer (angl. cross out)] Pornographique, dont la diffusion est soumise à des restrictions. Film (classé) X. Empl. subst. Le X infâmant (Le Nouvel observateur, 26 avr. 1976, p. 97, col. 3).
d) [Chiffre romain (oralisé [dis])] La cavatine du Tanti palpiti est à la vie de la Pasta comme I est à X (BALZAC, Théor. démarche, 1833, p. 621). La pointe de l'aiguille atteignit enfin le chiffre X (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 292).
REM. 1. Ixer, verbe., cin. [Corresp. à supra B 2 c] Classer comme X. Le premier réalisateur de dessins animés « ixés » (L'Express, 19 janv. 1980, p. 37, col. 3). 2. Non-X, adj. et subst., cin. [Corresp. à supra B 2 c] Échappant à la catégorie X. Une nouvelle catégorie de films est née, que l'on pourrait appeler la « non-X » (Le Point, 27 sept. 1976, p. 144, col. 2).
Prononc. et Orth.:[iks]. Ds Ac. dep. 1694 sous les formes ix, ics, ixe. La liaison et l'élision sont gén.: l'x, d'x, cet x. Qq. exceptions: CUVIER, loc. cit. : de x, et, sous B 2 c supra: le X infâmant. Prononc. liées de un x, des x, grand x, etc. Lettre x: [] et []. X temps [] et []. Fréq. abs. littér.:683. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 877, b) 944; XXe s.: a) 897, b) 1 110. Bbg. Les Graphèmes au collège. BREF. 1980, n° 22, pp. 21-34. — LANHER (J.). De la graphie x à l'init. dans les topon. des départements lorr. Mél. Lanly (A.). Nancy, 1980, pp. 557-569. — QUEM. DDL t. 12, 19, 20, 21, 30.

2. X [dis]
Dix en chiffres romains.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.